Documentaire: La pépinière du désert

Forums Villes de la région Figuig Documentaire: La pépinière du désert

Ce sujet a 2 réponses, 0 participant et a été mis à jour par  CPH-MORO, il y a 9 ans et 2 mois.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #205372

    CPH-MORO
    Membre

    Hier(21.02.2009), sur la chaine franco-allemande ARTE, un documentaire qui se déroule à Mengoub près de Bouaarfa été diffusé.

    Voilà le synopsis, disponible sur le site de la chaine:

    Deux Marocains tentent un pari fou : créer, en plein désert, une pépinière pour empêcher les jeunes paysans de leur région de céder aux mirages de l’émigration.

    C’est l’histoire d’une rencontre entre deux Marocains, tous deux originaires de Bouarfa, une petite ville du sud-est du pays. Mostafa « le vieux » est depuis trente ans installé en France, dans une cité d’Évry, et revient pour les vacances ; Mostafa « le jeune », lui, s’est fait paysan dans le désert du Mengoub. Là où la misère grandit au rythme du sable, qui avance et dessèche les cultures, où faute de pouvoir gagner leur pain, les hommes ne trouvent plus à se marier et où les jeunes ne rêvent que d’une chose : partir. « El Mostafa » signifie « l’élu » en arabe. Mais l’aîné des Mostafa, sous son allure joviale, cache une fêlure : il y a quelques années, il a tenté de vivre dans un village de l’Essonne en reprenant le seul café du coin. Le racisme ordinaire a fini par l’en faire partir. Depuis, il considère son intégration en France comme un échec.

    Une barrière verte contre le sable
    Le cadet, lui, est revenu de ses rêves d’exil après quelques années de galère hors du Maroc. Ancien soudeur, il a finalement choisi son désert natal pour bâtir une maison, créer une ferme, fonder un foyer (après trente-six demandes en mariage infructueuses !). Il s’efforce aussi de montrer aux fils des fellahs très pauvres de la région que l’on peut s’en sortir sans émigrer, même avec très peu de moyens. « Il y a quelque chose de plus grand que l’argent, c’est l’espoir », aime à répéter à ses ouailles celui qui est devenu l’imam et l’homme- orchestre de sa communauté villageoise, dans la petite mosquée qu’il a construite au bout de son terrain. C’est lui qui a eu l’idée de la pépinière : dresser une barrière verte contre le sable qui avance. Et c’est Mostafa le vieux qui, avec son association Solidamoun, a trouvé les fonds pour financer cette utopie. Depuis, l’un en première ligne, l’autre en renfort, ils se battent contre le vent, le sable, le gel, les invasions de criquets. Et une petite école a fleuri à côté de la mosquée, pour les enfants du village. Cinéaste familier des chemins détournés, Laurent Chevallier (Djembéfola, Circus baobab, La vie sans Brahim…) raconte comment les deux Mostafa, le déraciné et le paysan, ont fait reverdir le désert.

    Il est possible de le voir ici: http://www.arte.tv/fr/programmes/242,date=21/2/2009.html

    Je vous le recommande fortement.

    #266801

    khaleco
    Membre

    excellent reportage

    #266802

    fadi
    Membre

    Pour des raisons de droit, la consultation de cette vidéo depuis votre pays n’est pas possible 🙁

    #266803

    khaleco
    Membre

    salam
    essaye de voir le lien sur la page suivante : http://www.solidamoun.org/
    sinon tu peux le regarder sur dailymotion mais en plusieurs vidéos tu lance une recherche sur : pépinière du désert ou solidamoun
    A+

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

SHARE

Documentaire: La pépinière du désert