UNE ODE A BENKY, AUX SIENS ET AUX AUTRES Les tristes amitiés des compères

Forums OujdaCity Débats UNE ODE A BENKY, AUX SIENS ET AUX AUTRES Les tristes amitiés des compères

Ce sujet a 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  DR IDRISSI MY AHMED, il y a 2 mois et 3 semaines.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #354380

    DR IDRISSI MY AHMED
    Participant

    Les sempiternels vampires, obséquieux et voraces, accrochés aux mailles de leurs sanglantes voluptés, s’échappent en rampant, chassés par les clartés.

    ( in ‘’ La bannière étoilée’’, 1998 )

    Tristes amitiés de compères ingrats ou très stricts, hyper démocratiques, sans complaisances ni bagou ni tics ! Là où l’on verrait le chef et son aura, qui s’est démené comme un apôtre, repoussé par ses pairs, devenus de savants acolytes, adorateurs des héros des légendes et des lois antiques.

    Ayant cédé par respect immense, ses privilèges et son droit, il se voit huer par ses siens, devenus de francs croyant ou de fieffés apostats. Ils viennent, ô hontes des renégats, ô sibilantes peines, de lui voler ses ultimes pennes ! Afin de les coller aux ailes des dragons, comme tributs de guerre, aux plus jaloux surhommes de son grand zèle de tribun.

    Cet humain, au tsabih comme une montre de luxe au poignet, pitre sans cravate, fut vite repoussé par les Gardiens du temple, croyant avoir à faire à un agitateur farfelu, un vendeur d’encens et de paradisiaques promesses, venu des halkas de Fès ou de la place rouge de Marrakech. Un amuseur public, sans singes ni serpents, bon à traduire…. au cirque des crocodiles ! Le funambule ne peut changer les lois que lui-même régit et respecte, avec équilibre et doigté.

    Coopérant, sincère et honnête, arabisant en dialectal, pieux et prolixe, il ne leur convient pas, ayant eu des attaches de gauche par moment ! Certes, ses mains et ses doigts, sans griffes ni plumes, ont sombré face aux vents des manitous de service. Au lieu de plaire, il ploie, laissant faiblir la tempête.

    Les Parrains des cyclones et des chimères, les puissants et les commanditaires, ont vidé et les sables et les eaux sous ses pas. Il tremble d’émotion, ils le fustigent et lui rétorquent : ‘’Tu te couches ou tu perds ton boulot ’’. Fulminent-ils à celui qui n’avoue ni son pari qu’il allait perdre ni sa perte d’estime devant leurs propres yeux !

    Les puissants de par la race et les célèbres envieux, ont eu leur nouvelle coupe d’Afrique, avec dedans pour bêler la victoire, la tête de la ‘’bique’’ ! Ho hisse, tu es monté en haut de l’échelle. Descend vite au lieu de nous montrer tes fesses ! Comme le dit Lapalisse !

    Evite-nous les cris de tes grimaces et surtout pas de masque souriant sur ton faciès ! Ne te maquille pas de rigueur outragée, ni de lexique religieux ou de hardiesse déplacée ! Avoue et montre à tous que tu as perdu a Ssi Al Khasser et confesse-le à tes frères de l’église pélidée* ! Ceux des islamistes ambitieux et ingrats qui ont contesté ta juste vigueur et ton ambitieuse longévité !

    Les Sphinx et les Cerbères, les Titans et les demi-dieux, vont danser le tango et la samba, sous le samaê, le jazal et l’Andalouse ala ! La fête de la coupe d’Afrique continue à tue-tête !

    Les Héros de l’Olympe ont fait de leur mieux, Ulysse est mort, son arc à la main. Adieu la légende lâche d’Hercule et de ses œuvres finies. Il ne reste de ses travaux qu’une lugubre caverne sur le Détroit ! Benky est le héros de ce monde antique.

    Que vivent les traîtres contemporains dès lors et les maîtres de cérémonie ! Compliments aux vainqueurs ! Vains cœurs, face aux perdants et aux meilleurs ! Les bouffeurs intempérants, chevaliers des meilleures tables, bluffeurs face aux inopérants, boudeurs des moins qu’humains, auront la vie éternelle comme récompense après leur dernier sacrement.

    Leurs tsunamis, leurs tornades, leurs tonnerres et leurs ires, ont changé le destin du bonhomme pour le livrer mains-liées au pire. Accablée par le destin, une proie atterrée, tombe du ciel tel un pain béni pour leur festin ! Ils l’envoient dans le vide et l’oubli, sinon l’exil dans la marmite qui boit et le pieu qui se creuse.

    Il ira sombrer dans la nasse de leurs olympiennes colères, si proche de Zeus. Ou là, chez les procureurs, ultime sanction et vendetta des illustres Avengers ! Celui qui ne les amusait guère, intrus dans la haute sphère, allait quitter la cour pour un autre destin. Bye bye, va-t-en ! Ne te retourne pas ou gare ! Car tu risques de devenir une statue de sel…Relis ton coran !

    Banni et livré aux enfers, il verra un chapelet de ministres déchus et de Chabat-s applaudir les chutes de ceux partis et de ceux-là qui vont encore venir ! Et les équipes des perdants rejoindront les coulisses et les abysses. Non pour applaudir sur les tribunes mais au mieux pour finir. En médiocre, pour se perdre dans les labyrinthes des mythes dont on ne sort guère.

    Les contes et les légendes de demain, raconteront aux mioches de parmi nos enfants et à leurs collègues armés de cimeterres, drogués et menaçants, comment devenir de bons citoyens et aimer leur pays, le Maroc, sa triple devise et ses valeurs. Ils apprendront l’histoire de Benky, de ses adversaires incompris et de ses frères. Question de préparer l’avenir en l’espérant vengeur cyclique et plus qu’amène !

    La supériorité établie des Fidèles, sur les plus bas des hommes, a emporté les plus sympas des premiers hommes. L’homme de Safi et de Djbel Ighoud résiste comme BENKY et t’interpelle, Adam ! Cesse de médire et de bégayer, comme ces autres gens ! Guéris vite et bien ! Parle et va voter sans hésiter ! C’est papa Djo, qui te le demande et qui en te dédiant cette légende politique, va cesser de fumer.

    Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra, le 27 novembre 2017

    #354382

    DR IDRISSI MY AHMED
    Participant
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

SHARE

UNE ODE A BENKY, AUX SIENS ET AUX AUTRES Les tristes amitiés des compères