Souvenirs de correspondance

Forums OujdaCity Café OujdaCity Souvenirs de correspondance

  • Ce sujet est vide.
4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #206718
    houmidi59
    Participant


    Quand j’avais l’âge de dix huit ans , ou un peu moins , j’aimais beaucoup la correspondance.Aussi, j’avais beaucoup d’ami(e)s à travers les pays du monde;notamment en France ,en Belgique , en Italie et en Suisse.Chaque jour, je répondais à une dizaine de lettres ; mais c’était peu à celles que je recevais : pas moins de trente lettres par semaine.A tel point que j’avais lié une solide amitié avec le facteur.Au fil des jours , je lui avais refilé quelques adresses auxquelles je ne pouvais répondre.Le distributeur du courrier était très reconnaissant .Ainsi pour me montrer sa gratitude, il tenait à me remettre les lettres de main en main.D’ailleurs cela tombait bien et m’arrangeait beaucoup.Figurez-vous que l’un de mes frangins , lisait certaines de mes lettres en cachette .Cependant ce qui était intolérable de sa part : il lui arrivait de les donner à ses amis en échange de quelques pièces de monnaie .
    Ce qui était magnifique dans la correspondance c’était surtout la connaissance de l’autre ,de sa vie de sa culture et du patrimoine de son pays .Ces différentes liaisons m’avaient permis de corriger certaines idées et opinions de mes correspondants sur notre pays .
    Je me souviens d’une correspondante canadienne qui croyait que le Maroc se situait dans la savane et qui était habité par les pygmées.Un australien m’avait demandé comment étaient nos constructions et quel était notre mode de vie.Ce citoyen du pays du kangourou avait vu un reportage sur l’Afrique et il avait cru que le Maroc se trouvait là quelque part avec ses chasseurs presque nus qui abattaient les animaux avec leurs lances , mangeaient de la viande crue et habitaient dans des cabanes faites d’herbes sèches.
    Pour vous dire que dans le temps , on nous prenait pour des sauvages.
    La correspondance m’avait permis de faire visiter mon pays à mes correspondants .Beaucoup d’entre eux étaient venus me rendre visite à Oujda .C’était l’occasion de leur montrer l’hospitalité marocaine et la bravoure du peuple marocain.
    Malheureusement,je n’ai pas eu le loisir de traverser les frontières de mon pays pour visiter les pays de mes correspondants.Il n’était pas question d’argent puisque certains de mes amis m’assuraient le prix du voyage : aller et retour.
    Ceux de mon âge vous diront qu’il était presque impossible d’avoir son passeport .Vous auriez plus de chance de remporter la médaille d’argent aux jeux méditerranéens que d’avoir votre passeport.En plus , les frais du dossier étaient exorbitants.
    Cependant, grâce aux photos et aux cartes postales , je me suis vite fait une idées sur l’étranger.
    Beaucoup de correspondants avaient marqué un peu ma vie .En fait , , je m’en souviens de deux : un correspondant Belge et une correspondante des iles Maurice
    Pour le premier , je venais juste de faire sa connaissance,quand il m’annonça qu’il allait s’installer à Rabat .Bien entendu , moi aussi , ma famille venait de déménager vers la capitale .
    Quelques jours plus tard, un de mes amis d’enfance vint me rendre visite .En parlant de notre passe temps favoris , je lui ai montré la dernière lettre de mon ami belge.Aussitôt ,il m’a dit :
    _ »et si on lui rend visite ?
    _ mais t’es un peu fou , lui ai -je dit , cela fait seulement un mois que je correspond avec lui
    _ Et alors , ? Quel mal y a-t-il à cela ?
    Bien entendu, après une demie heures de discussion, j’ai cédé à sa proposition.Alors, on avait décidé de lui rendre visite dans trois jours après l’avoir averti de notre arrivée par courrier.
    En effet, nous avons pris le bus pour Temara .En ce temps là , cette grande ville n’était qu’un simple centre d’estivation. pour les hommes riches .Il y avaient beaucoup de villa qui faisaient face à la mer.C’était là qu’on devait chercher mon correspondant.Cela nous avait pris presque deux heures de recherche.Quand nous avons frappé à sa porte , il était presque deux heures de l’après midi : l’heure de la sieste.
    Quelques minutes sont passé quand la porte a été ouverte : un homme qui était loin d’être un européen nous apostropha :
    _ » Bonsoir , que puis-je faire pour vous ?
    Et moi :
    _ je voudrais parler à monsieur André
    _ Est ce que vous avez un rendez-vous ?
    J’ai hésité un peu :
    _ non…mais je suis l’un de ses correspondants
    Aussitôt , le chauve a souri :
    _ Ah, vous êtes Abdelhamid , son nouvel ami ami oujdi
    J’acquiesçai d’un hochement de tête.
    Puis :
    _ veuillez bien entrer dans le salon
    Soudain , mon ami me chuchota dans l’oreille :
    _ « Houmidi , qu’est-ce que tu fais ? Tu ne penses pas que…
    Malheureusement, l’hôte nous avait entendu.Alors, il lui dit :
    _ » Tu peux attendre ton ami sur le seuil de la porte , si tu veux
    _ Non, non, je vais entrer
    _ D’accord
    Donc, nous sommes entrés dans un superbe living room.L’homme sans cheveux nous pria d’attendre quelques instants le temps de réveiller monsieur André.

    A suivre…….

    HOUMIDI le : 15 décembre 2010

    #278498
    oualid23
    Membre

    maintenant avec internet ça a changé même si j’ai jamais eu le plaisir d essayer la correspondance via la poste je me rappelle de Wlad 7oumti les plus âgés que nous racontaient de telles histoires je me rappelle aussi des Magazines où on mettais les adresses dans une rubrique « Rokn ta3arof » bref on attend la suite

    #278499
    houmidi59
    Participant


    Pendant ce temps là, mon fidèle ami ne m’a pas caché ses soupçons et ses craintes :
    _ « Dis-moi Houmidi , est-ce que tu as une photo de ton correspondant ?
    _ Non, mais je t’ai expliqué que…..
    _ Je sais , mais tout de même tu as une idée sur lui…. »
    Je n’ai pas eu le temps pour lui répondre .Aussitôt, une personne distinguée est entrée avec un sourire et des yeux qui brillaient de joie :
    _ « Bonsoir , nous apostropha-t-il, je ne m’attendais pas à votre visite .
    Puis : Abdelhamid vous semblez surpris .Quelque chose ne va pas ?
    _ Non, non, mais …
    Il a souri puis il m’a dit :
    _ Vous ne vous attendiez pas à un correspondant aussi âgé que moi
    Asseyez-vous , je vais tout vous expliquer
    Bientôt , il dit : Je m’appelle André .J’ai quarante deux ans et je suis encore célibataire .Quand vous m’avez écrit votre première lettre , j’étais à Tunis en tant que consul de mon pays .Comme mon mandat vient de s’achever , j’ai décidé de m’installer au Maroc pour mener mes propres affaires.
    _ Quels genres d’affaires lui dis-je , si n’est pas indiscret de ma part ,
    _ Pas du tout.Je réalise des expositions canines
    Nous l’avons regardé avec surprise. Il l’a constaté .Aussi , il nous dit :0
    Suivez-moi .Je vais vous montrer
    Il nous a conduit vers un jardin assez spacieux et bien entretenu.
    Tout au fond, il y avait un espace clôturé et dans lequel il y avait une dizaine de chiens de race
    _Voilà , ma nichée expliqua-t-il .Avec ses chiens , je participe aux courses , j’organise des rencontres entre les propriétaires et puis c’est une occasion pour acheter d’autres chiens.
    _Vous savez conclut -il cela nous donne d’autres races de chien plus évolués.
    Aussitôt, je me suis approché d’un chien qui ressemblait de près à un slougui, mais il avait quelque chose de différent à notre brave chien
    Monsieur Andrée est intervenu _c’est un dalmatien
    Brusquement , j’ai dit :0
    mais de quoi vivez-vous ?
    Mon correspondant m’a regardé d’un ton admirateur .Sans la moindre gène, il me dit tout simplement :0
    dans mon pays, je suis conte et j’ai un château en mon nom .J’ai aussi des rentes des fermes que je possède
    _ Donc, vous êtes un homme très riche
    _ Pas tout à fait , mais disons que j’appartiens à la catégorie des Nobles. »
    Nous sommes revenus au salon. Aussitôt, notre hôte cria à la cantonade : Driss, viens un peu par là
    Celui qui nous avait accueilli au début entra
    André nous apostropha : vous avez sûrement fait la connaissance de mon employé
    Puis à ce dernier : veux-tu bien apporter quelque chose à boire pour nos deux invités ?
    _ Et pour vous monsieur ?
    _ Ma petite bouteille de gin. »
    Et il disparut pour quelques instants.
    Mon ami qui n’avait pas pipé mot me dit enfin :
    _ « Houmidi , j’espère qu’il ne nous apportera pas de vin ou de champagne !
    _ Non , le rassurai-je .Heureusement que Driss est marocain et il doit bien savoir le genre de boissons que nous buvons. »
    Juste après, ce dernier entra un grand plateau à la main qu’il déposa sur une grande table .Il remit une bouteille ronde qui contient un liquide jaunâtre à monsieur Andrée
    Puis, il nous montra les différentes boissons et nous invita à nous en servir
    Dans le plateau, il y avait des bouteilles de limonade dont le nom m’est familier .La main de mon ami se posa sur une bouteille assez étrange et en but une grande gorgée .Aussitôt, il me dit : Houmidi , j’ai la tête qui tourne et je crois que je vais vomir
    Je me retournai brusquement vers mon correspondant.Celui -ci venait de réaliser la situation:
    _ « N’ayez aucune crainte Abdelhamid , votre ami vient de goutter un peu de martini
    Puis il apostropha sévèrement Driss : cette bouteille qu’est ce qu’elle a à se trouver parmi ces boissons ?
    L’employé hésita avant de dire : Je voulais…tester vos hôtes
    _ Mais ce n’est pas une façon de le faire ainsi
    Puis :
    _ va remettre cette bouteille au frigo
    Quand l’employé a disparu de notre vue, mon correspondant nous dit : franchement mes amis je ne crois rien aux dire de Driss.
    A présent, je sais pourquoi ma réserve de martini s’épuise de jour en jour
    Après quoi, André proposa à mon ami une autre boisson gazeuse qui lui a fait vite reprendre ses esprits.
    _ Alors, ça va mieux, lui dit-il
    _ Oui, monsieur .A présent , je me sens assez bien
    C’était l’occasion de prendre congé de notre hôte
    En le quittant, je lui ai promis de lui écrire une lettre dans laquelle je lui révèlerai ce que je pensai de cette première rencontre
    _ D’accord, a-t-il approuvé
    _ Quant à moi , conclut-il, je vais vous préparer une bonne surprise
    Merci pour votre visite et à la semaine prochaine incha Allah »

    A suivre

    #278500
    houmidi59
    Participant

    Souvenirs de correspondance (fin)



    Comme promis, j’ai écrit une lettre à mon correspondant André .Bien entendu, je me souviens vaguement de son contenu. Cependant, ce dont je suis sûr c’est que la question d’âge n’était pas un obstacle pour moi et puis j’étais enthousiasmé de correspondre avec une personne plus âgée que moi pour profiter de ses expériences.
    Deux semaines après, j’ai reçu une lettre de l’ex consul. Je l’ai lue : merci de m’accepter comme votre ami
    Puis, il y avait une carte visite .Je l’ai lue aussi : le nom et le prénom de mon ami, sa fonction et son adresse
    Sur le dos deux phrases écrites à la main: je t’invite à un déjeuner spécial au resautant Terminus de la gare de Rabat ville .
    Bien entendu, en fixant la date et l’heure.
    Le jour convenu, j’ai pris le bus pour aller au centre ville .Je l’ai aperçu au restaurant .Il était entrain de siroter un café .Dès qu’il me vit, il me serra la main tout en me disant :
    _ « Merci d’être venu
    _ Oui, répliquai-je ; je suis toujours ponctuel
    _ Je sais , conclut-il »
    Puis , nous nous sommes mis à table. Aussitôt, le garçon s’est approché de notre table et nous a donné chacun un petit livret .(le menu).je l’ai feuilleté un certain moment sans savoir quoi choisir .Pour ne rien vous cacher : il y avait tellement de mets succulents que j’étais désorienté .Aussi, j’ai fixé mon interlocuteur :
    _ « Vous savez, lui ai -je dit, c’est la première fois que je rentre dans un restaurant
    Lui en bon compagnon me répond :
    _ « C’est tout à fait naturel mon cher puisque vous habitez chez vos parents .Moi même , je préfère préparer mes repas à la maison ; mais il m’arrive de prendre mes déjeuners dehors surtout pour les rendez- vous d’affaires ou personnels
    Puis:
    _ Je vais choisir pour vous
    _ Non, ça va je vais essayer : bon ! comme hors d’œuvre , je voudrais une salade variée ; pour le menu principal: de la soupe aux poissons et un civet de lapins au petits pois .Pour ce qui est du dessert : un jus d’orange et pour finir une crème au citron
    _ Voilà qui est bien parlé , a -t-il approuvé
    Moi aussi , je vais faire comme vous , mais j’ajoute aussi : une bouteille de brandy
    J’espère que cela ne vous dérange pas
    _ Pas du tout. »
    Le déjeuner s’est bien déroulé durant lequel on a parlé de beaucoup de choses.
    Enfin, après l’avoir chaleureusement remercié, je l’ai quitté .
    C’était la seule rencontre et la dernière avec André .Quelques mois plus tard, j’ai reçu une lettre de lui postée du Pérou (si ma mémoire est toujours bonne)
    Je crois que je ne lui avais pas répondu .Ainsi s’est terminé cette liaison amicale. D’ailleurs, j’avais d’autres « chattes à fouetter »
    La seconde personne est une jeune fille de l’ile Maurice. Elle ne parlait pas bien le français .Cependant au fil des jours et mois, son vocabulaire s’est beaucoup amélioré. Elle me disait toujours que je la faisais mourir de rire avec mes expressions. Pour ne rien vous cacher, je lui racontais tout de ma vie personnelle.
    Un jour, je lui ai parlé d’une certaine Rahima que je fréquentais .Pas la peine de vous dire qu’elle était mécontente et furieuse à la fois. Pas de doute, elle était amoureuse de moi. Bien entendu, elle me l’a dit dans une de ses lettres
    J’ai toujours ses lettres que j’ai confectionnées en un album
    Il m’arrive de les lire .Alors, je me dis : quel con j’ai été.
    Après trois ans de correspondance, elle m’a dit dans l’une de ses lettres qu’elle voudrait me rencontrer en France .Ses parents voulaient l’envoyer là-bas pour continuer ses études en médecine. Pendant ce temps là, moi aussi, je m’apprêtais à m’inscrire au CFI.
    Malheureusement, tout son projet est tombé à l’eau.
    Comme qui dirait le hasard ne jouait pas en sa faveur.
    Des personnes très proches d’elles ont demandé sa main auprès de son père. Ce dernier a accepté sans hésiter. Ma correspondante (elle s’appelle Shahinaz) a du expliquer à son père qu’elle était amoureuse de moi .Cela n’a fait que mettre le paternel en colère .Alors tout simplement, il lui a dit: c’est fini tu ne continueras pas tes études en France, mais tu iras rejoindre ton futur époux en Australie
    Ainsi , cette liaison s’est achevée avec un rêve qu’on ne peut qualifier que de chimère
    Je lui avais envoyé une lettre de vœux .Je n’ai jamais eu de réponse en retour à la mienne.


    Fin de la première partie

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
SHARE

Souvenirs de correspondance